Une approche numérique pour surmonter les défis de la COVID-19 sur le terrain

21 août 2020
 Photo animée de mains tenant la technologie
Techiexpert

Étant donné que les interactions en personne sont limitées ou impossibles en raison de la pandémie de COVID-19, les équipes de recherche du fonds Cultiver l’avenir de l’Afrique (CultivAf) au Kenya et au Mozambique trouvent de nouvelles façons d’utiliser les technologies numériques pour continuer à travailler avec leurs bénéficiaires. Il s’agit notamment de tirer parti de solutions numériques innovantes, telles que les forfaits internet pour soutenir le mentorat de jeunes entrepreneurs agricoles (agripreneurs) et les applications d’assurance récolte et de formation des agriculteurs par téléphone portable pour maintenir un contact direct avec les communautés locales.

Des solutions « intelligentes » pour les agriculteurs

« Comment tirer parti des technologies numériques existantes pour améliorer la productivité et la résilience des petits exploitants agricoles? C’est exactement ce que fait notre projet », déclare Amos Tabalia, chercheur principal du projet Assurance récolte climato-intelligente de CultivAf. L’application d’assurance basée sur l’image « SeeItGrow », qui est utilisée dans le cadre du projet et disponible sur les appareils Android de Google, offre des services consultatifs en matière de cultures auxquels ont actuellement accès 27 400 agriculteurs au Kenya. L’application offre également une couverture d’assurance pour les cultures d’ambérique verte (haricot mungo), de maïs et de sorgho.

Afin de maintenir le contact avec les communautés agricoles pendant la pandémie, le projet exploite les fonctionnalités de l’application SeeItGrow pour fournir des conseils à distance en lien avec l’assurance récolte, notamment sur la manière de prendre des photos de qualité des cultures, qui peuvent ensuite être utilisées pour évaluer les dommages. En outre, afin d’aider les agriculteurs à surmonter les difficultés causées par la réduction de l’accès aux intrants et aux marchés dans le cadre des restrictions liées à la COVID-19, le projet met à contribution ses partenariats avec les fournisseurs d’intrants et les acheteurs de produits agricoles frais pour mettre en relation les agriculteurs ruraux avec des ressources et des possibilités de revenus permettant de poursuivre la production. 

Conseils virtuels aux agripreneurs

Le modèle Metro Agrifood Living Lab de CultivAf, qui permet à de jeunes agripreneurs (âgés de 18 à 35 ans) d’accéder à une formation en commerce, à du financement et à un mentorat, s’efforce également de relever les défis de l’agroalimentaire au Kenya. L’objectif est de permettre aux jeunes Kenyans de créer et de maintenir des entreprises résilientes et créatrices d’emplois. Toutefois, compte tenu des restrictions imposées par la COVID-19, les réunions de mentorat prévues avec des propriétaires d’entreprises expérimentés ne peuvent plus avoir lieu.

Le projet a adopté un système de mentorat virtuel et a négocié avec Safaricom PLC et Telkom Kenya pour offrir des forfaits internet à un coût subventionné. Grâce à ce service abordable, les mentors et les mentorés ont maintenu une interaction régulière et participent à la série de webinaires hebdomadaires du projet, qui réunit des agripreneurs pour qu’ils apprennent les uns des autres et échangent des stratégies d’adaptation commerciale. « Les séances de mentorat virtuel m’ont aidée à élaborer mon plan d’entreprise afin de pouvoir reprendre mes activités de manière proactive malgré l’arrêt des déplacements », explique Sarah Ochieng, une jeune éleveuse de vers à soie. En utilisant les appels téléphoniques et vidéo, en plus de WhatsApp et des messages texte, madame Ochieng a également pu discuter, par exemple, de l’importance de fournir des mesures de sécurité COVID-19 pour ses employés.

Marchés en ligne au Mozambique

Au Mozambique, les petits exploitants agricoles sont également confrontés à des problèmes de mobilité en raison des restrictions imposées par la COVID-19. L’impossibilité de rencontrer les acheteurs et de commercer avec eux à la ferme, par exemple, entraîne une baisse des revenus, ce qui limite la capacité des agriculteurs à acheter les intrants agricoles essentiels pour améliorer la productivité.

Le projet de systèmes d’irrigation des petits exploitants au Mozambique (FASIMO)  de CultivAf travaille avec trois systèmes d’irrigation dans les provinces de Gaza et de Manica depuis avril 2019 afin de cerner les défis auxquels ces agriculteurs sont confrontés (comme la pénurie d’eau) et de faire l’essai  d’approches technologiques (telles que l’utilisation d’outils de surveillance des nutriments du sol et de l’eau) pour améliorer la productivité. Toutefois, l’équipe a centré ses priorités de recherche sur l’atténuation des problèmes immédiats et plus urgents auxquels font face les agriculteurs en matière de revenu et d’accès aux intrants.

Le projet a conçu plusieurs stratégies, dont l’essai d’une plateforme basée sur le téléphone mobile, appelée IRIPO,  qui permet de mettre en relation les agriculteurs avec des acheteurs et des fournisseurs d’intrants en ligne. IRIPO est un système de communication bidirectionnelle qui utilise les messages texte et les applications web vidéo ou audio pour faciliter la communication entre les utilisateurs finaux (c’est-à-dire les agriculteurs, les institutions de recherche, les acteurs du secteur privé, les fournisseurs d’intrants et les agences de développement). Le projet FASIMO vise à toucher environ 500 agriculteurs, qui recevront chaque semaine des messages texte spécifiques pour leur culture par l’intermédiaire de la plateforme afin d’améliorer leur accès à l’information sur les marchés et aux conseils techniques de production pour éclairer leurs décisions agricoles.

Le fonds Cultiver l’avenir de l’Afrique (CultivAf) est un partenariat de 35 millions de dollars canadiens sur dix ans entre le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) et l’Australian Centre for International Agricultural Research (ACIAR). Le partenariat optimise les forces et les ressources de chaque organisation pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la résilience et l’égalité des genres en Afrique orientale et australe. CultivAf finance la recherche appliquée visant à élaborer et à appliquer à grande échelle des innovations durables, résilientes par rapport aux changements climatiques et adaptées aux sexospécificités pour les petits exploitants agricoles.

En savoir plus sur CultivAf