Un vent de fraîcheur

23 octobre 2018
Une femme du bidonville Mahavir Nagar de Bhubaneswar se lave le visage à l’eau froide pour se rafraîchir.
IRADe / Rohit Magotra
Une femme du bidonville Mahavir Nagar de Bhubaneswar se lave le visage à l’eau froide pour se rafraîchir.

Les villes de l’Asie du Sud sont étouffantes et ce sont les habitants les plus pauvres qui supportent le plus important stress thermique. Des chercheurs étudient la question à l’échelle des maisons, des quartiers et des villes dans le but de trouver des moyens d’aider les populations vulnérables à s’adapter et à gérer les risques.

Cet article fait partie d'une série de reportages sur des projets innovants mis en œuvre dans les pays en développement, compilée dans un blogue réalisé en partenariat avec Canadian Geographic.

Consultez l'article

Visitez le blogue Sur les traces du changement