Aller au contenu principal

Soutenir la production de vaccins de grande qualité contre l’entérotoxémie, la bactérie Pasteurella et la fièvre de la vallée du Rift au Kenya

9 avril 2018

 

Photo: CRDI/Bartay

Il est estimé que le Kenya compte 18,2 millions de têtes de bétail, 16,3 millions de moutons et 24,6 millions de chèvres. La vaste majorité de ces animaux appartient à des petits exploitants agricoles qui dépendent du bétail pour leur subsistance. Toutefois, environ 25 % de ces animaux succombent à des maladies évitables, comme l’entérotoxémie, la bactérie Pasteurella et la fièvre de la vallée du Rift. Cela cause des difficultés économiques et sociales aux agriculteurs pauvres, en plus d’entraîner des répercussions négatives sur l’économie nationale. La fièvre de la vallée du Rift est particulièrement inquiétante, car elle se transmet entre le bétail et les humains.

Transférer des capacités pour accroître la disponibilité des vaccins

Le laboratoire MCI Santé animale du Maroc transmettra des antigènes viraux en vrac à l’Institut de production de vaccins vétérinaires du Kenya. En établissant des systèmes de formulation des produits et de contrôle de la qualité dans une institution kényane, le Kenya pourra homologuer trois nouveaux vaccins respectant les normes de qualité internationales qui seront plus facilement accessibles aux petits exploitants agricoles.

Résultats escomptés

On s’attend à ce que ce projet permette à l’Institut de production de vaccins vétérinaires du Kenya d’acquérir la technologie et les capacités nécessaires pour traiter des antigènes en vrac afin de produire des vaccins de grande qualité. Il met aussi à l’essai ce modèle de traitement d’antigènes en vrac qui, s’il est couronné de succès, pourrait être utilisé pour d’autres types de vaccins en vue d’améliorer l’accès aux vaccins de grande qualité des petits producteurs de bétail situés dans l’ensemble de l’Afrique de l’Est.

Institutions principales

Ce projet est mené par MCI Santé animale du Maroc et l’Institut de production de vaccins vétérinaires du Kenya.

  • Durée : 18 mois
  • Budget : 213 000 CAD

Kenya has an estimated 18.2 million cattle, 16.3 million sheep, and 24.6 million goats. The majority of these animals are held by smallholder farmers who depend on livestock for their livelihoods. However, approximately 25% of these animals succumb to preventable diseases such as enterotoxemia, Pasteurella, and Rift Valley fever. This causes significant economic and social hardship to poor famers, in addition to having a negative impact on the national economy. Rift Valley fever is of particular concern because it is transmissible between livestock and humans.

Transferring capacity for increased availability

MCI Santé animale in Morocco will transfer a supply of vaccine bulk antigens to the Kenya Veterinary Vaccines Production Institute (KEVEVAPI). By establishing product formulation and quality control systems in a Kenyan institution, Kenya will acquire the capacity to produce and register three new vaccines of international quality standards that will be more readily available to smallholder farmers.

Expected results

The expected outcome of this project is that KEVEVAPI will acquire the technology and capacity to process bulk antigens into high-quality vaccines. This project is also piloting this model of bulk antigen processing which, if successful, could be used for other vaccine types to ensure improved availability of high quality vaccines to livestock smallholders across East Africa.

Lead institutions

This project is led by MCI Santé animale of Morocco and the Kenya Veterinary Vaccines Production Institute.

  • Duration: 18 months
  • Budget: CA$213,000