Établir des données probantes pour des systèmes de production alimentaire plus sains

14 novembre 2019
 Femmes triant des fruits
Angus Kirk

Le CRDI investit dans le développement de données probantes, les innovations et les politiques ayant pour but d’améliorer la santé et de prévenir les maladies chroniques au moyen de systèmes alimentaires plus sains dans les pays à revenu faible et à revenu intermédiaire. Nous avons fourni plus de 20 millions de dollars pour soutenir plus de 35 projets.

Nous promouvons le leadership et les changements pour :

  • L’adoption de politiques et règlements pour un environnement alimentaire plus sain
  • L’adoption d’initiatives encourageant une alimentation saine dans les collectivités
  • La réduction de la consommation de sel, de sucre et de gras
  • Le réglement du marketing et l’étiquetage des produits alimentaires

Des politiques pour un environnement alimentaire plus sain

 Femmes triant les verts
Markus Kostner

Les politiques et la réglementation touchant les produits alimentaires influent sur l’abordabilité, la disponibilité, l’accessibilité, la diversité des produits sains et les choix des consommateurs en matière d’alimentation. La recherche financée par le CRDI contribue à des solutions financières et stratégiques :

  • Dans les Caraïbes, les chercheurs aident les ministres de la santé et les chefs d’état de la région à soutenir, améliorer et faire avancer les engagements régionaux en matière de politiques visant à prévenir et à réduire le fardeau des maladies non transmissibles.
  • En Malaisie, au Vietnam et en Thaïlande, les chercheurs se penchent sur les politiques des gouvernements et de l’industrie de l’alimentation pour mieux comprendre leur incidence sur la promotion d’une saine alimentation. Leur travail aidera à connaître les réussites et les échecs des politiques en vigueur et informera l’élaboration de politiques alimentaires plus saines et plus durables.
  • Au Chili et au Mexique, les éléments probants tirés des toutes premières évaluations et comparaisons systématiques des environnements et des politiques en matière d’alimentation contribuent à établir des points de référence et à comparer les incidences des interventions des gouvernements et du secteur privé. Les progrès constatés et les améliorations recommandées seront directement transmis aux gouvernements et au secteur privé, et ils seront rendus publics.

Des initiatives pour une alimentation saine dans les collectivités

Femmes et enfants achètent des tomates
Curt Carnemark / BANQUE MONDIALE

Une alimentation malsaine entraîne des effets néfastes sur la santé et des risques de maladies chroniques. La recherche financée par le CRDI explore et teste des innovations commerciales qui ont des répercussions à l’échelle des populations :

  • Au Pérou, des chercheurs ont démontré qu’il était possible et économiquement viable d’inclure davantage de fruits et de légumes dans les repas servis par Comedores Populares, les cuisines communautaires qui fournissent plus de 500 000 repas par semaine aux personnes à faible revenu.
  • En Équateur, la recherche aide à comprendre comment les campagnes dirigées par la société civile et les actions des citoyens peuvent aider le gouvernement à façonner ses politiques et ses programmes agroalimentaires dans l’objectif de faire reculer les principales maladies chroniques liées à l’alimentation et les préoccupations environnementales et sociales qui en découlent. La recherche cherche aussi à comprendre comment ces actions et campagnes peuvent aider les familles et les collectivités de tous les secteurs socioéconomiques dans l’atteinte de ses objectifs.
  • Au Bangladesh, on estime que la faible consommation de fruits et de légumes constitue un risque majeur pour la hausse des maladies non transmissibles. Afin de promouvoir des régimes alimentaires sains, les chercheurs atteignent au moins un million de consommateurs au moyen de messages les sensibilisant à la valeur nutritionnelle des légumes indigènes et offrent une formation à 28 000 petits exploitants agricoles pour répondre aux demandes des consommateurs en légumes indigènes.

La réduction de la consommation de sel, de sucre et de gras

les enfants mangent
USDA 2015

La consommation en quantités importantes de sel, de sucre et de gras est associée au risque accru d’hypertension, de maladie cardiaque, de diabète et d’accidents vasculaires cérébraux. Le CRDI contribue aux efforts déployés pour réduire la consommation de sel, de sucre et de gras :

  • Au Costa Rica, des objectifs de réduction de la consommation de sel ont été établis en s’appuyant sur les résultats de la recherche. Le Costa Rica dirige désormais un consortium de cinq pays d’Amérique latine qui effectuent des travaux de recherche dans le but de mettre en œuvre des programmes de réduction de la consommation de sel et d’en évaluer l’expansion et l’application à grande échelle. La teneur en sel des aliments emballés et des aliments vendus dans la rue est évaluée et comparée aux objectifs de réduction de la consommation de sel établis à l’échelle nationale et régionale, en vue d’améliorer les politiques et les régimes alimentaires favorables à une consommation réduite de sel.
  • En Afrique du Sud, des travaux de recherche influents ont contribué à justifier l’imposition d’une nouvelle taxe sur les boissons sucrées, annoncée par le ministre des finances dans son discours du budget de 2016.
  • En Argentine, des preuves scientifiques ont contribué à orienter et à influencer des politiques sur la consommation de sel et d’acides gras trans (AGT), qui ont été adoptées sous forme de lois en 2014, faisant ainsi du pays un chef de file dans la région en matière de politique alimentaire préconisant la réduction de la consommation de sel et d’AGT.

Le marketing et l’étiquetage des produits alimentaires

 Bouteilles sur une étagère
Fancycrave / Pexels

Il a été établi que le marketing et l’étiquetage utilisés pour les produits alimentaires préemballés énergétiques et à faible teneur en nutriments contribuaient largement au phénomène de l’obésité et à d’autres maladies non transmissibles connexes dans les pays à faible revenu et les pays à revenu intermédiaire. La recherche financée par le CRDI améliore les pratiques de marketing et d’emballage des produits alimentaires :

  • Au Pérou, la recherche sur l’impact du marketing des produits alimentaires à la télévision et l’influence des comportements alimentaires malsains ont amené le gouvernement à adopter, en 2013, une loi visant à réglementer le marketing des produits alimentaires s’adressant aux enfants et aux adolescents dans le cadre des efforts déployés pour réduire et contrôler la hausse des maladies cardiovasculaires.
  • Au Guatemala, la recherche a prouvé que l’utilisation de personnages sous licence, comme les personnages de bandes dessinées, sur les étiquettes des produits alimentaires influence les choix d’aliments et les habitudes alimentaires des consommateurs. Grâce à ces preuves scientifiques, la commission nationale des maladies chroniques a exprimé son intérêt à prendre des mesures à l’égard des techniques de marketing actuelles qui visent les enfants.
  • L’institut brésilien de protection du consommateur (IDEC) a cerné des obstacles, mais aussi des possibilités, concernant l’amélioration de la réglementation du marketing de produits alimentaires malsains. Leurs efforts visent les adolescents et les enfants en particulier, dans l’espoir d’améliorer les politiques brésiliennes qui réglementent la promotion des produits alimentaires préemballés et des plats cuisinés malsains.

Faits saillants 

Nous promouvons le leadership et les changements pour :

  • L’adoption de politiques et règlements pour un environnement alimentaire plus sain
  • L’adoption d’initiatives encourageant une alimentation saine dans les collectivités
  • La réduction de la consommation de sel, de sucre et de gras
  • Le réglement du marketing et l’étiquetage des produits alimentaires