Premières années de vie : sujet prioritaire lors d’une réunion sur le développement de l’enfant

26 mars 2019

Les urgences, les conflits de longue durée et les déplacements peuvent avoir des répercussions néfastes permanentes sur la santé et le bien-être des enfants.

 
Des enfants devant une habitation dans l’établissement informel de Mathare à Nairobi, au Kenya.
Laura Kraft / SuSanA Secretariat

Dès les premières années de vie, les enfants sont particulièrement vulnérables à l’extrême pauvreté, à la négligence, à l’abus, aux conflits et aux urgences humanitaires. Lorsque ces difficultés sont nombreuses et se recoupent, elles font augmenter le niveau de stress. Le stress chronique peut devenir toxique pour le développement biologique durant la période la plus importante de la vie d’un enfant et avoir des incidences à court, moyen et long terme.

Le 28 mars 2019, le CRDI se joint à l’Institut canadien de recherches avancées et à la Fondation Aga Khan du Canada en tant qu’hôte conjoint de la table ronde intitulée « Adversité, développement et nouvelles interventions » à la Délégation de l’imamat ismaili à Ottawa. Cet échange vise à explorer des interprétations des multiples difficultés pouvant influer sur le développement de l’enfant et à cerner des possibilités d’interventions ciblées pour réduire les effets nocifs pour le développement du cerveau et du corps d’un enfant.

Le CRDI et la Fondation Aga Khan du Canada gèrent conjointement des recherches sur le développement de la petite enfance et le mieux-être chez les réfugiés et autres communautés marginalisées. Au cours de la table ronde, deux chercheurs feront part de certaines observations relativement à ces travaux :

  • Stephen Lye, chercheur principal et directeur associé, Lunenfeld-Tanenbaum Research Institute, Sinai Health Systems, Canada;
  • Amina Abubakar, professeure agrégée, Université Pwani, et titulaire d’une chaire de recherche au Kenya Medical Research Institute/Wellcome Trust Research Program.

Leur recherche vise à définir les facteurs qui améliorent la résistance lors du développement humain initial dans un établissement informel à Nairobi qui accueille des familles déplacées du Kenya et d’ailleurs. Codirigé par l’Université Aga Khan au Pakistan et Sinai Health Systems, le projet évalue l’efficacité d’une trousse intégrée d’interventions visant des aspects essentiels du développement de l’enfant ainsi que la faisabilité et la rentabilité d’un déploiement à grande échelle au sein des communautés participantes.