Le Canada et l’Australie lancent la deuxième phase de CultivAf

12 juin 2019
La deuxième phase du fonds Cultiver l’avenir de l’Afrique (CultivAf-2) a été lancée en mai lors d’un événement organisé conjointement par le CRDI et l’Australian Centre for International Agricultural Research (ACIAR).
Siprosa Atieno désherbe son champ de manioc à l'aube
crdi / Nichole Sobecki

CultivAf-2 stimulera les efforts visant à améliorer la sécurité alimentaire dans sept pays d’Afrique orientale et australe. Des hauts fonctionnaires du CRDI et de l’ACIAR, l’ambassadeur du Canada en Éthiopie, Antoine Chevrier, et l’ambassadeur de l’Australie en Éthiopie, Peter Doyle, ainsi que des hauts fonctionnaires du gouvernement éthiopien, ont assisté à l’événement à Addis Abeba, Éthiopie.

Plus de 70 % de la population rurale d’Afrique orientale et australe dépend de l’agriculture pour sa subsistance, mais les mauvais résultats obtenus dans ce secteur ont freiné la croissance économique régionale. Ensemble, l’ACIAR et le CRDI ont investi 35 millions de dollars canadiens (soit 37 millions de dollars australiens) dans CultivAf pour stimuler la croissance économique, réduire la pauvreté et améliorer la sécurité alimentaire dans la région.

CultivAf-2 s’inscrit dans un partenariat de dix ans entre le CRDI et l’ACIAR, qui comprend neuf projets visant les petits exploitants agricoles en Éthiopie, au Kenya, au Malawi, au Mozambique, en Ouganda, en Zambie et au Zimbabwe.

Selon Renaud De Plaen, chef du programme Agriculture et sécurité alimentaire du CRDI, « CultivAf-2 tire parti de cinq années de collaboration pour appuyer la recherche en agriculture et en nutrition en Afrique de l’Est et en Afrique australe et s’inscrit dans un partenariat plus vaste qui étend le programme à une nouvelle phase d’activités dans la région ».

Au nom du Canada, l’ambassadeur Chevrier a souligné que les projets financés par CultivAf favoriseront l’innovation et la résilience aux changements climatiques qui tiennent compte des sexospécificités, autonomiseront les jeunes et utiliseront les résultats de la recherche pour éclairer les politiques et les programmes sur la sécurité alimentaire, la nutrition, les changements climatiques et l’eau en Éthiopie et dans la région.

« Les partenariats mondiaux ont un grand potentiel pour assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, non seulement en Afrique, mais dans le monde entier. L’ACIAR reconnaît l’importance de la recherche dans le développement de l’agriculture, en ciblant particulièrement les petits exploitants agricoles », a déclaré Andrew Campbell, directeur général de l’ACIAR.

Au nom du gouvernement australien, l’ambassadeur Doyle a salué le partenariat entre l’ACIAR et le CRDI comme un symbole d’unité entre les gouvernements canadien et australien dans le but commun de réduire la pauvreté et d’améliorer la sécurité alimentaire en Afrique orientale et australe.

CultivAf-2 devrait renforcer la capacité des agriculteurs, dont beaucoup sont des femmes, à trouver des solutions pratiques et durables qui soient économiquement viables. La nouvelle phase impliquera le secteur privé, les ONG et les organisations de la société civile. Le programme mobilisera également les jeunes, en s’attaquant à la fois aux problèmes économiques et à la formation d’une nouvelle génération d’agriculteurs.

En savoir plus sur CultivAf

En savoir plus sur les projets CultivAf-2