Aller au contenu principal

Lorsque Dorice Moseti a emménagé pour la première fois à Mukuru, un quartier résidentiel informel situé à l’extérieur de Nairobi, les systèmes sanitaires étaient lamentables. Certaines cours étaient équipées de toilettes desservant 10 ménages, mais la plupart des gens étaient obligés de payer pour utiliser des toilettes publiques malpropres. Le soir, en raison de l’absence de routes et d’éclairage adéquats, les femmes n’osaient pas utiliser les toilettes publiques à cause de l’insécurité. Pendant ce temps, l’eau courante était contaminée, ce qui obligeait la plupart des gens à acheter de l’eau potable à des vendeurs informels à des prix élevés. 

Près de 20 ans plus tard, la vie s’améliore pour Moseti, qui vit dans le quartier de Kwa Reuben à Mukuru. Certaines routes ont été goudronnées, des égouts relient la moitié de la zone et des bouteilles d’eau sont disponibles gratuitement. « Il y a un éclairage de sécurité sur les routes terminées pour qu’on ne craigne pas d’aller aux toilettes publiques la nuit », a déclaré Moseti, qui a contribué à rassembler 15 000 signatures de femmes pour une pétition au gouvernement du comté réclamant de meilleurs systèmes sanitaires.  

Les améliorations de la vie à Mukuru résultent en partie de deux projets de recherche soutenus pendant sept ans par le CRDI. Ces projets, menés conjointement par Akiba Mashinani Trust (AMT), l’Université de Nairobi, l’Université Strathmore et Slum Dwellers International, associent la collecte de données techniques aux connaissances et à l’énergie des militants communautaires. En fin de compte, le processus a mobilisé plus de 40 organisations de la société civile désireuses d’apporter des améliorations durables aux quartiers informels qui ont longtemps souffert de services médiocres ou inexistants.  

Ce changement positif a le potentiel de transformer la vie des gens à Mukuru. Mais ses défis montrent que le développement n’est jamais terminé; chaque étape implique une dynamique et des compromis complexes. Les vendeurs informels d’eau, par exemple, ont perdu leurs moyens de subsistance depuis l’introduction de l’eau en bouteille gratuite. De plus, certaines maisons ont été démolies pour faire place à des routes. La conciliation de ces conflits n’est que le dernier défi d’un processus d’autonomisation juridique à long terme, en constante évolution. 

Media
 Les chefs communautaires de Mukuru, Christine Mweru (droite) et Dorice Moseti.
Akiba Mashinani Trust
Les chefs communautaires de Mukuru, Christine Mweru (droite) et Dorice Moseti.

Cartographier les racines de la pauvreté 

Près de la moitié du million de ménages de Nairobi se trouve dans 158 établissements informels qui occupent 2,1 % de l’espace terrestre. Mukuru abrite environ 100 000 foyers dont les habitants vivent « hors réseau » depuis des décennies, principalement dans des cabanes d’une pièce de trois mètres carrés faites en tôles ondulées. Si les maisons sont densément serrées les unes contre les autres, Mukuru abrite également toutes sortes d’entreprises et de services - des commerçants informels, des vendeurs de nourriture, des restaurants et des bars, aux écoles, hôpitaux, mosquées et églises. « C’est une petite ville en soi », a déclaré Jane Weru, directrice générale d’AMT. 

En 2011, cependant, la terre a commencé à prendre de la valeur, et les propriétaires ont commencé à expulser les prétendus squatters pour en tirer profit. Les bulldozers sont arrivés au milieu de la nuit, accompagnés de harcèlement, de menaces et d’incendies criminels. Alors que les expulsions se multipliaient, la population a commencé à s’organiser par le biais d’un réseau appelé Muungano wa Wanavijiji, c’est-à-dire les habitants unis des bidonvilles. Cette alliance d’organisations et de groupes communautaires, de squatters et de pauvres urbains incluait AMT. 

Grâce à la Constitution kenyane de 2010 qui consacre les droits économiques et sociaux, AMT et les organisations alliées ont obtenu une décision de justice pour geler les expulsions. Toute solution juridique et urbanistique à long terme nécessiterait toutefois des preuves de l’identité des propriétaires des terres de Mukuru et des personnes qui y vivent. La première phase de la recherche soutenue par le CRDI, entre 2013 et 2015, a permis de former les membres de la communauté à la collecte de données. Ils ont cartographié 23 000 structures et dénombré environ 300 000 résidents dans ces 100 000 foyers.  

Parmi les principales conclusions : environ 94 % des ménages étaient des locataires qui payaient environ 25 dollars canadiens par mois aux propriétaires des structures, qui avaient construit les cabanes sur des terrains appartenant à des propriétaires absents.  

Mukuru ne disposait que de 3 000 toilettes, principalement des latrines à fosse, pour ces 300 000 personnes. Bien que la constitution garantisse l’éducation primaire universelle à tous les Kenyans, Mukuru ne compte que cinq écoles soutenues par le gouvernement; la plupart des enfants sont scolarisés dans des écoles informelles organisées par la collectivité. En outre, les résidents payaient trois à quatre fois plus pour les services de base - tels que l’eau, les systèmes sanitaires et l’électricité - que ceux qui vivaient dans la partie formelle de la ville. 

Les conditions d’abandon mises au jour par la recherche ont révélé que les résidents payaient ce que l’on appelle une pénalité de pauvreté, une situation dans laquelle le manque d’options oblige les pauvres à payer plus cher les biens et les services que les riches. S’ils étaient éliminés, ces coûts supplémentaires libéreraient des actifs communautaires importants. Les loyers seuls étaient évalués à environ 3,7 millions de dollars canadiens par mois. La capacité des habitants de Mukuru à organiser leurs propres écoles laisse penser qu’ils disposaient également d’une richesse en ressources humaines qu’ils pouvaient exploiter. « Le gouvernement a réalisé qu’il pouvait tirer parti de ces ressources et fournir de meilleurs services aux habitants de Mukuru », a rappelé M. Weru. 

La recherche a également généré des modèles de planification qui montrent concrètement comment améliorer la prestation de services, s’attaquer aux obstacles à l’égalité des sexes et renforcer les compétences des jeunes pendant le processus de modernisation. Ces premières avancées, ainsi que la pression exercée pour piloter certains des modèles, ont conduit le gouvernement du comté à désigner Mukuru comme une zone de planification spéciale. Cette désignation de 2017 a gelé tout développement supplémentaire pour une période de deux ans et a lancé un processus formel pour planifier le réaménagement de Mukuru. Cela a été considéré comme une grande victoire pour la collectivité. Une deuxième phase de recherche appuyée par le CRDI s’est rapidement adaptée pour soutenir ce processus et les plans sectoriels qu’il exigeait dans des domaines tels que la santé, le régime foncier, l’eau, l’assainissement et l’énergie. 

« Ce qui a poussé le gouvernement à nous écouter, ce sont les informations que nous avions. Les professionnels nous ont aidés, mais toutes les activités ont été menées par les collectivités », explique Christine Mweru, une dirigeante communautaire qui a participé à la collecte de données dans la localité de Viwandani. » 

Cerner les priorités avec la recherche communautaire 

AMT et ses partenaires ont organisé des consultations inclusives à l’échelle de la communauté pour élaborer les plans sectoriels. « Si vous voulez planifier, vous avez besoin de données », a déclaré Weru. « Le soutien du CRDI nous a aidés à recueillir les données, à cerner les défis et à travailler avec la communauté pour les résoudre. »  

Le processus de recherche a impliqué 30 villages dans les établissements de Mukuru de Kwa Njenga, Kwa Reuben, et Viwandani. Pour s’assurer que personne ne soit laissé pour compte, une consultation communautaire a été organisée autour de cellules de 10 ménages. Les représentants de chaque cellule se sont réunis en un sous-groupe de 100 ménages. Chaque sous-groupe a ensuite élu une personne pour le représenter lors des consultations sectorielles.  

Placer les personnes au centre de la planification permet de faire ressortir les défis distincts des différents quartiers. « Certaines personnes vivent dans des zones où il y a des inondations, d’autres des incendies », a déclaré Moseti. Kwa Reuben, par exemple, souffrait régulièrement d’épidémies de choléra qui accompagnaient les inondations pendant la saison des pluies. Les habitants devaient se rendre à Viwandani pour obtenir des médicaments et des traitements, car Kwa Reuben n’avait pas d’hôpital.  

La COVID-19 incite le comté à agir  

La pandémie de COVID-19 a mis fin aux réunions communautaires, mais a également attiré l’attention sur ces quartiers pauvres en tant que foyers potentiels de transmission du virus. Cela a incité le gouvernement du comté à mettre en oeuvre les cinq plans sectoriels achevés. Les nouvelles routes, par exemple, transforment la vie de nombreux habitants et permettent le développement d’autres infrastructures, notamment un projet pilote de toilettes. 

« Les routes créent également un espace social », a déclaré Weru. « Quand on vient le soir, les enfants jouent sur la route et font du vélo, et les gens ont des tables dehors parce qu’il n’y a pas beaucoup de voitures ».  

Alors même que les équipes construisent des routes, posent des égouts et installent l’électricité, le gouvernement du comté a déjà construit deux hôpitaux, dont un à Kwa Reuben. « L’hôpital admet les gens et vous pouvez y rester si vous êtes très malade », a déclaré Moseti. « C’est près de chez moi, donc je n’ai pas besoin de transport. » 

Les compromis mènent à la colère 

Pourtant, si la route de Kwa Reuben permet à Moseti de se déplacer plus facilement, il y a des endroits où elle ne peut pas aller sans escorte. Lors des réunions communautaires, les gens avaient accepté de déplacer leurs maisons si nécessaire, de libérer les routes existantes qui avaient été construites et de construire de nouvelles infrastructures. Cependant, lorsque ces idées abstraites se sont concrétisées, certaines personnes concernées ont été déçues. En tant qu’activiste communautaire, Moseti a reçu des menaces de mort de la part d’habitants qui lui reprochent de « vendre Mukuru au gouvernement ». 

« Je ne peux pas aller dans une foule, mais je ne peux pas non plus m’enfuir de chez moi », a déclaré Moseti. « Il faut changer les choses depuis [l’intérieur] de la communauté. Celui qui porte la chaussure sait où ça fait mal. » 

Mweru, lui aussi, a été menacé. À Viwandani, certaines maisons ont été démolies pour faire place à un nouvel hôpital. « Parfois, je ne pouvais pas dormir en me demandant si j’allais être attaqué la nuit », a expliqué Mweru. « Cela n’a pas été facile, mais nous continuons à avancer. »  

Les griefs peuvent éventuellement être résolus par le biais d’une compensation ou des tribunaux, en particulier s’il existe un soutien politique pour soutenir les communautés.  

Media
Les représentants de Mukuru élaborent des plans sectoriels lors d’une consultation communautaire.
Akiba Mashinani Trust
Les représentants de Mukuru élaborent des plans sectoriels lors d’une consultation communautaire.

Construire les fondations pour l’avenir 

La pauvreté à Mukuru ne disparaîtra pas du jour au lendemain, mais le quartier informel dispose désormais d’une base beaucoup plus solide sur laquelle s’appuyer. Les plans sectoriels ont des composantes à court, moyen et long terme. En 20 ans, par exemple, le nombre de toilettes devrait passer de 3 800 à 20 000, et toutes seraient raccordées aux égouts. À terme, Weru espère que des maisons permanentes remplaceront les cabanes. 

Pour Weru, les succès obtenus à ce jour à Mukuru reposent sur les liens communautaires profonds de l’alliance Muugano, sa volonté de créer des partenariats et ses relations solides avec les décideurs politiques. « Nous avons pu mobiliser les ressources non financières d’autres organisations de la société civile et de professionnels désireux de rendre quelque chose à la collectivité », a déclaré M. Weru. « Il est important de construire lentement, de chercher de l’aide dans tous les coins et de ne pas abandonner », a-t-elle ajouté. 

« Les solutions au problème de Mukuru ne sont pas techniques », selon Adrian Di Giovanni, spécialiste principal de programme au CRDI. « Personne ne demande comment construire une route. Il s’agit davantage de la dynamique politique, de la manière dont les gouvernements reconnaissent que les citoyens vivant sur leur territoire ont des droits. » 

Dans le cadre de ses efforts visant à soutenir la gouvernance inclusive en milieu urbain, le CRDI s’efforce d’accumuler un plus grand nombre de leçons, au-delà de celles apprises à Mukuru, en appuyant des recherches similaires dans d’autres établissements informels partout dans le monde.  

Au Nigéria, par exemple, Justice and Empowerment Initiatives travaille avec les résidents dans un contexte d’expulsions rampantes pour documenter les problèmes de justice et leurs conséquences économiques. Ils définissent aussi des solutions qui seraient plus efficaces que les politiques actuelles visant à éliminer les établissements informels du paysage urbain. Au Pakistan, où l’acquisition de terres a suscité la résistance des communautés urbaines et rurales, les chercheurs et les groupes communautaires utilisent des méthodes sensibles au genre pour donner à tous les membres des communautés touchées les moyens de défendre leurs droits. 

« Il est important de donner la parole aux groupes exclus », a déclaré M. Di Giovanni. « Donner la parole aux gens permet de développer des solutions plus durables, légitimes et éthiques. »

Region

86 projects in Kenya